UKURI

 

 

 

Murashaka ko ukuri kujya ahagaragara?
  Ni mutwoherereze amazina y'abasirikari n'abasiviri barigishijwe ku ngoma ya Habyarimana

 

Amazina yabo+Komini

 

 

Abanyarwanda barigishijwe ku ngoma ya Kinani

Izina + iribatizo

Komini Perefegitura
1. Kayibanda Grégoire Nyamabuye Gitarama
2. Minani Froduald Nyabikenke Gitarama
3. Nzanana Fidèle Kivumu Kibuye
4. Harerimana Gaspard Runda Gitarama
5. Munyaneza Augustin Musambira Gitarama
6. Gasamunyiga Melchior Nyakizu Butare
7. Hodari Allype Masango Gitarama
8. Lt Mbaraga Augustin Nyakabanda Gitarama
9. Cmdt Niyoyita Nyabikennke Gitarama
10. Cmdt Bisabo   Gitarama
11. Cap. Nubashyimfura Charles? Nyakabanda Gitarama
12. Lt Muganamfura Aphias Bulinga Gitarama
13. Ajdt Bizimana Isaïe?   Gitatrama
14. Ajdt Habimana   Gitarama
15. Cap. Bizimana André Masango Gitarama
16. Cap. Habimana Siridion? Mata Gikongoro
17. Ajdt Nkurunziza Cyprien?   Gikongoro
18. Cap. Nyamwasa Galican Nyaruhengeri Butare
19. Cmdt Zihinjishi Oscar? Bwakira Kibuye
20. Niyonzima Max Nyamabuye Gitarama
21. Kanakuze Omar Nyamabuye Gitarama
22. Kanani Aminadab Kigoma Gitarama
23. Habimana Mathias    
24. Ntirushwa Cyridion Kigembe Butare
25. Gakwaya J. Claude   Butare
26. Ntarikure Elie Tambwe Gitarama
27. Ndahayo Claver Nyamabuye Gitarama
28.Munyandamutsa Philippe Masango Gitarama
29. Turatsinze Désiré Masango Gitarama
30. Mlle Kabarenzi Agnès Masango Gitarama
31. Gakire Jean Masango Gitarama
32 .Kalisa Narcisse Masango Gitarama
33. Kaberuka Emmanuel Nyamabuye Gitarama
34. Mbarubukeye Athanase Kigoma Gitarama
35. Ndandali Gaspard Nyamabuye Gitarama
36. Muvunankiko Gérard Nyabikenke Gitarama
37. Misago Mathias Mbazi Butare
38. Shumbusho François Nyamabuye Gitarama
39. Ugirashebuja Jean Eric Masango Gitarama
40. Bizindori Louis Nyakabanda Gitarama
41. Mivumbi Damien Mukingi Gitarama
42. Ndahimana Stanislas Taba Gitarama
43. Twagirayezu Aloys Nyakabanda Gitarama
44. Twagirayezu Epimaque Taba Gitarama
45. Nubashyimfura Charles Nyakabanda Gitarama
46. Nyabuhene Fidèle    
47. Ndutiye Faustin    
48. Mporanyi Prosper Bwakira Kibuye
49. Ntaganzwa Alexandre Kayenzi Gitarama
50. Sebagabo Athanase Masango Gitarama
51. Musabe Jules-Simon   Kibungo
52. Semanyenzi Alfred    
53. Twagirimana Boniface Kayenzi Gitarama
54. Bitsinduka Alphonse    
55. Nyiribakwe Godefroid Mushubati Gitarama
56. Ndakebuka Godefroid    
57. Niyibizi Canisius Nyamabuye Gitarama
58. Nsanzishuli David    
60. Kabandana    
61. Rwagasore    
62. Rwangirahe    
63. Gahigi Pierre Céléstin Murama Gitarama
64. Habakurama Pierre Claver Musambira Gitarama

 

Ku wa 23 Gicurasi 1991, Lizinde yasohoye memo yise: DES MASSCRES CYCLIQUES AU RWANDA ET DE LA POLITIQUE DU BOUC EMISSAIRE. Avugamo ibintu byinshi byo ku butegetsi bwa Habyarimana, ariko ibyo mbagezaho ni igika kerekeye iyicwa ry’abo banyapolitiki  (ni uguhera kuri p.28).

III. L’assassinat des prisonniers de 1973, dits de Gitarama.

  La nuit de 5 juillet 1973

 Monsieur Habyarimana dit qu’il allait etre assassine dans la nuit du 5 juillet 1973. C’est ce qu’il a declare au journaliste belge, M.Etienne Ugeux et a l’occasion de la presentation de sa premiere equipe gouvernementale.  Il disait en effet, que le president KAYIBANDA et ses acolytes, Ministres et haut fonctionnaires avaient prepare la liquidation des autorites civiles et militaires de la region du Nord. Il ajoutait que Monsieur HABYARIMANA lui-meme avait echappe, comme par miracle, au guet-apens qui lui avait ete tendu pour l’eliminer. C’est dans ce climat plein d’animosite et de fureur que celui-ci ordonna a ses militaires d’arreter toute personne soupconnee d’intelligence avec la clique de GITARAMA.

  On ne peut oublier aujourd’hui que Monsieur HABAYRIMANA avait ete le principal responsable des services de securite (Surete et Armee) depuis 1965. Si la vague d’arrestations des princpaux responsables de la premiere Republique a pu etre stoppee, c’est grace au conseil que le Lieutenant-Colonel KANYARENGWE Alexis et moi-meme, avons donne a Monsieur HABYARIMANA au cours de la seule reunion qu’il a pu tenir avec le Ministre de l’interieur, le directeur general du Service central de Renseignements, le Chef d’Etat-major de l’Armee, le Chef de cabinet du Ministre de la Defense, et mis fin aux arrestations. C’est suite a cette intervention que Messieurs MUNYANKINDI Joseph, HABAKUBAHO Francois, NKURIKIYINKA Eduard furent epargnes.

  1. Si j’avais voulu liquider les prisonniers politiques de 1973.

 Considerant que M. HABYARIMANA a voulu se servir de mes camarades et de moi-meme comme des bouc-emissaires dans l’assassinat des prisonniers politiques de 1973, il doit etre reconnu coupable et puni pour des crimes qu’il a, seul ou par tierce-personne interposee, comis ou fait executer. Il restera, a jamais marque des crimes perpetres contre nos concitoyens morts emprisonnes, suites aux evenements lies au coup d’etat de 1973 et bien avant cette date. Tous mes proces se sont deroules a huis clos selon le bon vouloir de M.HABYARIMANA et de ses comis-juges qui lui obeissent au doigt et a l’oeil. Je me suis defendu comme j’ai pu. En vain. Personne, parmi les gens integres et honnetes n’a pu connaitre la verite sur la portee reelle des accusations que M.HABYARIMANA a voulu peser sur moi. Des rumeurs ont, suite a cela, circule dans tout le pays et souvent disculpant a tort ce dictateur sanguinaire. Les declarations que je fais ici, sont identiques et meme moins detaillees que celles que j’ai faites, lors du proces, au Tribunal de premiere Instance de Ruhengeri. Tout le dossier du proces est disponible a cet endroit, toutes les declarations faites a cette occasion, fournissent la preuve que c’est M.HABYARIMANA qui doit endosser, seul, la responsabilite de ces crimes. Je n’ai jamais tue ou ordonne de tuer. Je veux demontrer que la responsabilite de M.HABYARIMANA est personnelle et totale:

    1. Un certain BUTSITSI A. m’a appris, a ma grande surprise, que M.HABYARIMANA avait ordonne a Monsieur RWANGIRAHE J.B., alors Commandant et Officier de l’Etat-major de se rendre a Ruhengeri pour proceder a la liquidation des prisonniers politiques de 1973. Au debut de l’annee 1974, le Commandant de compagnie etant en mission, le sous-officier BUTSITSI a refuse d’executer les ordres. Selon ses dires, il lui a ete repondu que les ordres etaient venus du Chef d’Etat-major et n’engageaient que celui-ci. En consequence, tout refus d’executer ces ordres pouvait entrainer des consequences graves, et meme la mort. La sale besogne lui a ete confiee ainsi qu’a M. BIHAZANDE A., assiste de neuf soldats et caporaux dont un certain M. ZIMUKUBIRI S., de Karago et de Nyunguranke, beau-frere de M.HABYARIMANA. Apres trois jours, de tuerie sauvage, tel que me l’a raconte BUTSITSI en juillet 1985, des prisonniers ont ete assassines. Apres ces tueries, le Commandant de Compagnie BISERUKA est rentre de mission, l’ordre lui a ete donne de reprendre et d’achever le sale boulot commence par le Commandant RWANGIRAHE.
    1. Des agents du service central de Renseignements qui etaient sous ma direction m’ont dit que l’officier G2 de l’armee rwandaise avait commence a liquider les prisonniers politiques au Bugesera. Le rapport que je fis sur cette situation a ete interrompu par M.HABYARIMANA lui-meme, qui m’a appele dans son bureau pour m’interdire formellement de continuer a m’occuper de cette affaire qui, desormais, etait de son ressort et de celui de l’Etat-major. J’ai execute ses ordres, me contentant de suivre l’affaire de loin mais sans pouvoir en transmettre les resultats a qui que ce soit. Selon les informations recues de l’ex-directeur de la prison de Gisenyi, M.NTIBANDERA J., la tuerie aurait commence en meme temps a Gisenyi sous le haut commandement du Commandant HAVUGWINTORE. Celui-ci, selon la meme source, a recu de l’argent de l’Etat-major pour payer a boire a toute l’equipe de tortionnnaire al cantine de l’usine a the de Pfunda en guise de remmerciement a la fin de la sale tache.
    1. Lorsque les tueries se sont generalisees et que les bruits se sont repandus dans tout Kigali et ailleurs, j’ai contacte le Colonel SERUBUGA L., qui m’a confirme l’horreur. Il m’a dit que la decision avait ete prise par l’autorite concernee pour en finir. Le Commandant MUNYARUKIKO a ete envoye a Ruhengeri pour suivre la situation.

 C’est le meme Commandant MUNYARUKIKO qui supervisait l’operation dans le Bugesera. C’est encore lui qui a ete envoye dans le Bugesera pour rappeler le Capitaine KINYONYI, parti a la recherche d’information sur un certain Lieutenant HABYARIMANA S., originaire du Bushiru, qui avait commence la liquidation des prisonniers politiques au Bugesera (Rwabayanga) . Homme de confiance du president, le Commandant MUNYARUKIKO a ete charge, par ce dernier de haranguer les solats de Gako pour leur faire croire que toutes les personnes tuees par le Lieutenant HABYARIMANA S. n’etaient que des bandits et non des prisonniers politiques, comme le repandait la rumeur. Il convient de signaler au passage que toutes les arrestations se sont operees sous les ordres et le controle direct de M.HABYARIMANA Juvenal qui, comme le reglement l’exige, tous les proces d’audition et de renseignement lui sont transmis aux fins d’autorisation d’etre achemines chez le procureur de la Republique.

    1. En m’impliquant dans l’affaire des assassinats perpetres contre les prisonniers politiques, M.HABYARIMANA a voulu se laver de ses crimes macabres. En effet, comme je l’ai dit plus haut, je n’ai jamais commis ces horreurs. Dans cette operation delicate, M.HABYARIMANA a prefere impliquer ses hommes de confiance de l’armee ou de sa famille. La preuve en est que tous les assassinats ont ete commis sous la supervision de deux membres de sa belle-famille: M. ZIGIRANYIRAZO Protais, qui a coordonne l’operation et SAGATWA Elie qui, en collaboration avec HABIMANA Spiridion, son informateur, tenait regulierement le President informe. De surcroit, quel est donc l’homme qui se serait permis d’utiliser l’armee du President pour accomplir une tache qu’il voulait cacher?
    1. Pour preparer les assassinats, M.ZIGIRANYIRAZO, alors prefet de Kibuye fut mute a Ruhengeri contre l’avis de M.KANYARENGWE Alexis, Ministre de l’interieur de l’epoque et contre celui du Directeur general de la Surete Nationale. Lorsque M. ZIGIRANYIRAZO arriva a son poste a Ruhengeri, celui-ci recruta le Dr. HAKIZIMANA Cyprien. Sa tache etait d’etablir et de signer de faux certificats de deces. Lorsque le Docteur HAKIZIMANA a quitte l’hopital de Ruhengeri, le prefet ZIGIRANYIRAZO a contacte le Docteur TOUCHEZ, medecin francais Directeur de l’hopital de Ruhengeri pour lui demander de la remplacer par le Docteur HABINEZA Concorde. De source sure, je peux affirmer qu’a l’arrivee du Docteur HABINEZA Concorde a la prison de Ruhengeri, tous les prisonniers politiques avaient ete deja assassines.
  1. La cour martiale

  6. M. HABYARIMANA Juvenal, commanditaire des crimes a charge, comme il en a d’habitude, les militaires BURASA F., NYAMWASA G., et MUTABAZI D., de s’occuper des interrogatoires de tous les suspects de 1973, sous l’oeil vigilant du grand chef flingeur. Aucun agent de renseignement n’y a participe ni de pres ni de loin. M. HABYARIMANA exerce une surveillance quasi omnipresente sur son armee. Imaginez que la simple mutation d’un caporal d’ue unite a une autre releve de sa competance. Personne d’autre que lui ne peut donner des ordres a executer des gens de son armee, si ce n’est lui meme. Ceci explique que les commandants des unites de Gisenyi et de Ruhengeri ne pouvaient pas se permettre d’executer une operation aussi compromettante, si l’ordre n’etait pas venu de leur chef direct. Ensuite, ce cas grave n’aurait jamais ete passe sous silence de 1974 jusqu’e 1985 sans qu’il ne soit defere devant la justice.

En 1974, M. HABYARIMANA a mis en place la cour martiale, conseille en cela par M. KAVARUGANDA J. Et le Ministre de la justice HABIMANA. Avant que le dossier des prisonniers politiques ne soit termine, il a subitement decide d’abolir cette institution alors que la compuration de la majorite des officiers arretes, dont BISABO et NYAMWASA, son ancien officier de renseignement (G2), n’etait pas encore terminee. En 1981, les dossiers concernant ces officiers etaient toujours dans les mains de Monsieur KAVARUGANDA, Procureur de la Republique. Celui-ci avait refuse de les remettre a M. KAYIBANDA Deogratias, puisqu’il avait ete nomme a la cour de cassation. Supprimer la Cour de cassation avant la comparution de tous les prevenus et surtout ne pas les faire comparaitre devant une autre cour, attendre dix ans pour deterrer les dossiers, montre suffisamment le plan que M. HABYARIMANA avait mis en place pour liquider ces prisonniers qui etaient pour la plupart ses anciens collegues d’armes. La responsabilite de supprimer la Cour martiale et les consequences qui s’en sont suivies incombent totalement a Messieurs HABYARIMANA Juvenal, KAVARUGANDA J. et HABIMANA Bonavanture. Ces deux derniers ont d’ailleurs ete recompenses en beneficiant des postes au plus haut niveau du regime, pour avoir ete de parfaits complices dans le bon nombre de crimes de sang commis par M. HABYARIMANA et son regime. Ils sont devenus, par ce fait, inamovibles. Au cours de la meme annee, plus d’une centaine d’autres prisonniers ont ete assassines en cours de transfert aux prisons de Ruhengeri et Gisenyi.

7. M. HABIMANA Bonaventure, alors Ministre de la Justice et actuel Secretaire general du MRND, recevait regulierement des rapports sur tous les etablissements penitentiaires, y compris ceux de Ruhengeri et de Gisenyi. Ces rapport concernaient tout particulierement: les entrees, les sorties, les morts et les liberations. Des copies de ces rapports etaient reservees au President de la Republique et au Procureur de la Republique. Selon les differents responsables de ces deux prisons, la mort de tous ces prisonniers a ete consignee et signalee aux autorotes competentes. Pourquoi alors ces autorites n’ont-elles pas du tout reagi jusqu’en 1985?

 8. Si M. HABYARIMANA et ses agents nous accusent de ces crimes, pourquoi les instances judiciaires n’ont pas voulu nou laisser beneficier d’un recours en appel, a tous les echelons: Cour d’Appel et Cour de cassation, pour faire eclater la verite et pour proceder au jugement definitif. En ce qui me concerne, l’accusation selon laquelle j’ai mute des militaires pour executer les prisonniers, n’est pas du tout fondee.

 Car, si la mutation d’un simple soldat ou d’un caporal d’une unite a une autre, ne se fait que sur ordre de M. HABYARIMANA tant a la gendarmerie qu’a l’armee; si les chefs d’Etat-major adjoints ne peuvent muter un soldat d’une unite a l’autre, comment moi, Major LIZINDE Theoneste pouvais ordonner une mutation d’un adjudant du SCR au ministere de la Justice? Une telle operation necessite un arrete ministeriel de transfert. Ce qui explique le fait que l’adjudant principal CYARAHANI Pierre Desire a ete mute a la prison de Ruhengeri par M. HABYARIMANA, puisqu’il attendait de luides rapports reguliers et directs. Sur ordre de M. HABYARIMANA et en presence du Major RWAGAFILITA,  cet adjudant a elimine un certain NTAGAZWA Alexandre.

 Qui peut donc m’imputer la mort des prisonniers de droit commun, tels que: MPORANYI, NYABUHENE, KABANDANA, SEMANYENZI, RWAGASORE, NDUTIYE et autres?

9. Je prends a temoin le Comite International de la Croix Rouge. Cette source est la plus facile a verifier. En 1974, le CICR a ete autorise a visiter les prisons et a voir les detenus politiques, lorsqu’ils etaient encore en vie. Le CICR etait accompagne par l’adjudant-chef HABYARIMANA Jean, officier de la Garde presidentielle dependant directement du President, mais, lorsque l’assassinat des prisonniers a commence au cours du second trimestre de 1974, les autorisations furent refusses systematiquement par le Ministre de la Justice et par le Secretaire General a la Presidence, agissant au nom du President.

  10. Je prends a temoin egalement les Eveques catholiques du Rwanda. En 1975, a deux reprises, “un eveque” de la Conferance episcopale m’a dit que les eveques catholiques avaient parle a M. HABYARIMANA au sujet de la mort de plusieurs prisonniers politiques de 1973 et lui ont demande des eclaircissements pour qu’au moins leurs familles soient informees sur leur sort. Sur l’insistance des eveques, M. HABYARIMANA leur a donne une reponse evasive. Une seconde fois, il les a recus en audience, en presence des Ministres de l’Interieur et celui de la justice. Au cours de cette audience, il leur a promis qu’il donnerait les instructions et les autorosations necessaires au Ministre de la Justice ainsi qu’au Parquet central pour permettre aux familles des prisonniers politiques d’etre informees sur leur situation et meme de leur rendre visite. Cette promesse est jusqu’aujourd’hui restee sans suite. (fin de citation)

  Commentaires

Hagati aho hari abantu bazi ibintu byabaye bakiriho. Hari abarokotse ayo mahano: nka MUGENZI JUSTIN ubarizwa  ARUSHA, mwene nyina KANYANGOGA  ubu  ufungiwe i KIBUNGO, Twagiramungu Venuste alias LIKOLO muramu wa RUKOKOMA ubarizwa mu BUBILIGI. Abo batubwira ibyo bibuka.  HAKIZABERA Christophe, 9èpromotion, ukomoka i BULUNGA GITARAMA, ex Officier FPR ,umwe mubayobozi ba  FDLR, ngo yaba , muri 1973 yaracikiye muri Etat- major,bari bamutumyeho aho yari Ku KIBUYE.

Mu bantu bavugwa babigizemo uruhare, Lizinde yanditse ubuhamya yahawe na BISERUKA ubalizwa mu RWANDA. Yari COmmandant de place mu RUHENGERI. A ce titre a partir de18heures,la prison était sous son commandement, le directeur devait lui remetre les clés de la prison. NDIBWAMI DEO ubalizwa mu RWANDA  icyo gihe yari Officier d'ordonance wa Habyarimana mbere yuko aba commandant wa ba GP. Niwe wajyanaga amafaranga mu Ruhengeri "guhemba uwakoze akazi"
HAVUGINTORE wali commandant ku Gisenyi(hali abahaphiliye  nka NDAHAYO ). ZIGIRANYIRAZO ubarizwa ARUSHA yari PREFET de Ruhengeri . Docteur HAKIZIMANA  C  qui délivrait les certificats de décès ubu abalizwa mu Bubiligi.

HABIMANA BONAVENTURE Alias muvoma wali ministiri w'ubucamanza 1973-1976. Ubu abalizwa mu Bubliligi. Aho mu Bubiligi kandi NKURUNZIZA CHARLES minitre de la justice 1976-1980,yanasuye prison spéciale yo mu Ruhengeri  aherekejwe na Lizinde en1979 bose bamaze gupfa. Icyo gihe nibwo Lizinde yavuze ngo hose bahasakare ntihagire urumuri rubasha kwinjira. Ntiahashije igihe ariko, numa y’umwaka umwe nawe bamucumbikira muri cachot numero 14  muri etaje ya mbere. Nkurunziza aturanye na Sebatware. Nawe ashatse yatubwira niba koko yarisabiye ko Perezida Kayibanda n’abiwe babamutiza akajya kubotesha imbeho y’iwabo.

Colonnel NTIBITURA BONAVENTURE  ubalizwa i ROMA- VATICAN;ari mubabaciriye imanza muri Cour martiale.Yali president ou vice president wurwo rukiko. LIZINDE nawe ni ubwo ntaho abivuga, yari umwe mu bacamanza barwo. KAVARUGANDA wabashinjaga we yitabye Imana.

Sinakwibagirwa kandi
SERUBUGA wali chef d'état major ,ubu abarizwa mu Bufaransa,messages zavaga muri etat major ariwe uzitanze. Biseruka yemeza ko ari SERUBUGA ubwe wamuhaye amabwiriza yo gufasha muri icyo gikorwa, abanje kubivuganaho na PerefeZigiranyirazo .

Amazina y’abantu bishwe kiriya gihe ntabwo azwi yose. Ariko amwe yigeze gutangazwa mu mvaho muri (juillet – aout) 1985. Ikindi ni uko uwanyuma waba yarishwe ari  HARELIMANA GASPARD muri 1979

Hari  n’umutegarugori wapfiriye mu RUHENGERI wari Inspectrice de l'enseignement, bamwicishije inzara. Akaba ngo ariwe wamaze  iminsi myinshi atarya: exactement 58 jours.

Naho mu bari bagize Komite du salut, navuga:

BIZIMUNGU PASTEUR :mwenewabo wa Mayuya na Serubuga
MUSABE Pasteur: petit frère de Mayuya
BWENGE :petit frère de Kagenza ex Ambassadeur, aba muri  Canada
NAHIMANA Ferdinand:mwenewabo wa Kanyarengwe (yaba afite ibyo apfana na Mugesera? Ubizi yatubwira). N’abandi n’abandi...

Ngayo nguko. Imana ibagirire neza.

 Jean Eudes.

................................................................................................................................................................

Kayibanda na bagenzi be kubica ntawabitindaho, kuko na Kagame abo yishe abazungu bakomeje kumwubararaho kuko nibo bamutegetse kulimbura za miliyoni zimaze kuba Umurengera. Jyewe ubwanjye, Padiri Gaspard Mudashimwa, na Bwana Sylvère Bishirandora Ex-Segeral Adjoint wa C.E.P.G.L.,Padiri Hategekimana Antoine na Mgr. Phocas Nikwigize twigiriye kwa Perezida Juvénal Habyarimana iwe mu Butotori dusanga ari kumwe na Katabarwa André n'Abandi Batutsi b'Inshuti ze, maze barangije kuganira
amabanga yabo natwe aratwakira. Icyari kituzanye cyari ikibazo Gikurikira: Kayibanda na Bagenzi be wabahoye iki? Yarababaye cyane
mu Maso hahinduka nk'Umuntu upfushije Umwana akunda, agira Ikiniga, amara akanya adasubiza, nyamara kubera ubusilikare aza
kwihagararaho ati: Rwose niba koko Mukorera Imana yaturemye twese, ati Mujye munsabira, ati nanjye mu Buzima bwanjye Naricujije,
ati kandi nzakomeza kwicuza, ati Ngicyo Icyaha Nakoreshejwe na za Puissances zanshize ku Butegetsi mfite ubu, ati hiyongereyeho
n'Abandi Banzi ba Kayibanda benshi bari bihishe mu Bazungu ntazi, ati MPUBUKIRA GUKORA AYO MAHANO. Nyuma tuti none
se Imfubyi n'Abapfakazi bakazabaho bate? Maze atwemerera Impozamalira kandi yarabigerageje. .
Habyarimana niba yarasabye Imana Imbabazi, ku munsi w'Imperuka bizamenyekana. Ubu aho Ibihe bigeze, ni Ukwirinda KURYANISHA
UTURERE BAZANA KAYIBANDA TWESE TWAKUNDAGA.
Mwavuganaga na:
Rev. mzee Katabogama
.

Nyakubahwa kandi Nyakwigendera Habyara yishwe nuko yahemukiye Se umubyara Mzee Ntibazirikana Jean Baptiste. Habyara agifata ubutegetsi, Se umubyara yaramubwiye ati: Aha dutuye ni mu mbago za Kiliziya Gatolika, nta sambu tugira ino aha, ati Kayibanda w'umugatolika ntukazamugilire nabi, kuko yadukamiye tukagira ishema hano mu Bushiru, ndetse twe Abungura b'abashyushya bitwa abashyirahamwe ubu turuta kure Abahinza bo mu bwoko bw'abagesera kwa Nyamakwa, n'abaguyane kwa Nyakazana, n'Ababanda kwa
Nzabarushya. Ati nubirengaho uzapfa nabi. yapfuye nabi kuko atashoboye gushyingurwa n'Indengabaganizi za Nshunguyinka Francois zamubyiniraga ijoro n'umunsi zimwizeza kuramba, gusugira no gusagamba. Kwica Kayibanda ni icyaha cya SAKRILEGO kirenze ibyaha byose bibaho niko njya mbyumvana buli mwenesebahinzi!!!
Nyamara narakurikiranye nsanga Habyara ataricishije Kayibanda abishaka, : Kayibanda akimara gusinyana na Nyerere (mw'ibanga) ko agiye kuba Socialiste, Mwene wacu Cpt.Seyanga Jean Bapte wari acolyte wa Kayibanda yabigejeje muli ambassade kuko bali baramugize intasi yabo.(izo ambassades murazizi)
 
Kayibanda yishwe na DECIDEUR twita Puissance Mpatsibihugu mwenekadorali, Naho Habyara yabaye DONNEUR D'ORDRE, amabwiriza ya kinani ashyirwa mu Bikorwa na ba EXECUTANTS bo muli MINADEF,SURETE,ZIGIRANYIRAZO WA MININTER,MINISANTE nayo yahimbye amafishi avuga ko hari abishwe na Beriberi kandi ali ibinyoma.
Habyara iyo atabikora bari kumuvanaho bagaha ubutegetsi undi ushyigikiye Capitalisme akalinda Gateau yabo ya Kongo.
 
Gihamya: Kayibanda akimara kwicwa, Dossier ye ivuga uko yaburanye ashinja Abazungu kumuhirika, ashinja Abasenyeri bamwe koshya Kinani ngo yicwe, ashinja Etiyopiya, Uganda na Zaire gukarata ngo yicwe, no kutavuga lumwe kwe n'Abayuda n'Abataramukundaga babaga Mushiha mu Burundi,Toro mu Buganda, iyo dossier Kavaruganda yayishikirije Ibiro bikuru by'iperereza bya benekadorali Kinani atabizi.

Cyakora nyuma y'iyicwa rya Kayibanda n'Impirimbanyi ze 59 zamufashije  kwigobotora ingoma ya Cyami na Gikolonize, Habyara yahagaritse kwica ni ukuvuga hagati ya 1975-1990 nta muntu nzi yishe nubwo nabaga kwa benemadamu, buli mwaka naruhukiraga mu gihugu cy'abasokuruza, nkagenda nemye bien!

Kayibanda yahitanywe n'Uburozi bwo mu Bushinwa bwazanywe na Sagatwa muramu wa Habyara, bukavangwa mu kigage Kayibanda yakundaga, bukavangwamo na major Mugabo mwene Nyambwana. Benesebahinzi lero mutahirize umugozi umwe, benekadorali barabatatanya kugira ngo mutishyira hamwe\ mukongera kubaka igihugu cyanyu. ibyabaye byarabaye, ahasigaye n'Ukubabalirana no koroherana.
 
Mzee (RESERVISTE).